CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Santé publique > GPA > GPA : un pas de plus vers la marchandisation du corps ?

GPA : un pas de plus vers la marchandisation du corps ?

dimanche 5 octobre 2014, par CAP21 Aquitaine

Dimanche 5 octobre sur France 2 reportage sur la GPA.

Un couple homosexuel : Christophe et Bruno présente son projet de parentalité. L’un est fonctionnaire cadre dans un ministère, l’autre cadre dans une grande entreprise.

En quelques éléments un peu brutaux on résume le reportage :

- un projet de parentalité
- un budget de 100 000 Euros
- 20 000 Euros pour la mère porteuse
- 6 000 Euros pour la donneuse d’ovocyte
- le solde pour l’agence, les intermédiaires et le suivi médical.

La mère porteuse a deux enfants en bas âge. Il vont vivre la grossesse de leur maman et la vente de leur petit frère ou leur petite soeur à un tiers.

Une vision analytique de base montre que cette chose pose de nombreuses questions en terme de citoyenneté et de droits de l’homme.

En effet, dans un pays ou l’on envisage fortement de pénaliser la prostitution comment considérer cette marchandisation des corps et des personnes ? Est ce que finalement l’enfant porté n’est il pas réduit de façon symbolique à un produit de consommation ? Ceci indépendamment de toute question partisane ou non.

C’est bien la question qu’il faut avoir le courage de poser.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0