CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Santé publique > Economie de la santé > Quand l’ingérence de l’administration dans la pratique médicale (...)

Quand l’ingérence de l’administration dans la pratique médicale tue

jeudi 24 décembre 2015, par CAP21 Aquitaine

Le Jeudi 17 Décembre 2015 le Pr Jean louis Megnin, cardiologue de renom, marié, père de cinq enfants a mis fin à ses jours en se défenestrant de l’hôpital Georges Pompidou à Paris.

il apparait que cet acte est à mettre en lien avec la "Nouvelle Gouvernance" de l’Assistance Publique Hopitaux de paris. Les pratiques managériales de la direction et des cadres présentent des incompatibilités avec l’exercice de la médecine.

Il faut rappeler le nombre de suicides de médecins libéraux et la chute des installations en cabinet.

Le fait que ce mal être professionnel touche aussi bien des professeurs renommés que des médecins généralistes "de base" devrait amener la Nation à s’interroger sur la responsabilité des politiques menées par nos gouvernants et l’état depuis maintenant près de 20 ans.

Les lois dites "Juppé" de 1996, "Bachelot" et plus récemment "Touraine" témoignent de l’icompréhension totale que peuvent avoir les politiques vis à vis des métiers de santé.

Etre médecin, comme être avocat, notaire, greffier présuppose une vocation qui permet de mener à bien des études longues et difficiles sanctionnées par des concours. Dénier à ces professionnels la capacité à exercer leur métier en toute plénitude et vouloir les transformer en techniciens au profit d’un appareil technocratique qui travaille "pour notre bien" apparait d’une dangerosité extrême. Il apparait aujourd’hui indispensable de replacer le rôle de l’administration et de l’état comme un moyen de coordination de la société et non comme une machine "je sais tout" qui impose des orientations politiques idéologiques venant d’un pouvoir sans discernement.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0