CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Santé publique > Désertification médicale > Pour en rajouter une couche !

Pour en rajouter une couche !

mercredi 20 juillet 2016, par CAP21 Aquitaine

Il y a quelques années la désertification médicale concernait essentiellement les campagnes reculées, les chefs lieux de cantons pauvres. De façon récente, cela concerne maintenant les grandes villes. Il devient quasiment impossible de trouver un médecin traitant à Paris. Même problème dans d’autres cités urbaines.

Cette désertification ne concerne pas que celle en rapport avec la médecine. Le monde publiait "Villeneuve sur Lot l’exode urbain en vitrine".

Les édiles de tous bords développent actuellement, au mépris de toutes les prévisions climatiques, une croyance dans les bienfaits de la concentration urbaine : le grand Lille, le Grand Bordeaux, ...

Bien naturellement cette concentration urbaine induit de nombreuses contraintes, notamment en terme de circulation. L’objectif des élus étant de faire disparaître les automobiles du centre ville. La aussi, pour ce faire, ils développent des partenariats "public-privé" et font concession des parcmètres à des sociétés spécialisées... Bien naturellement ces "investisseurs" n’ont que peu à faire des professionnels, artisans, commerçant, médecins, kinésithérapeutes et ne souhaitent qu’une chose : rentabiliser leur investissement.

Au final, cela se termine très fréquemment comme à Lille, ou les Médecins, Kinés, Infirmières sont obligés de payer leur stationnement.

Pendant le même temps les sociétés spécialisées Vinci (sous la marque indigo), Spie, etc... font des bénéfices records et il devient de plus en plus difficile de pouvoir bénéficier de soins à domicile.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0