CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Présidentielles 2012 > Editorial de Régine Bertrand déléguée Régionale Aquitaine

Editorial de Régine Bertrand déléguée Régionale Aquitaine

jeudi 22 mars 2012, par CAP21 Aquitaine

Oyez Oyez bonnes gens,

La déception , le chagrin, le sentiment d’impuissance sont de puissants éléments qui poussent les individus à donner des coups de pieds dans ce qu’ils ont construits avec beaucoup d’amour, de patience et d’espoir. C’est sur ces émotions extrêmes que compte l’adversaire pour nous éradiquer totalement, alors ne les aidez pas !
Il a été et il est extrêmement difficile dans les secteurs désertiques d’animer les principes de CAP21 et de les diffuser. Cette impossibilité d’agir a probablement entravée la campagne, mais j’ai envie de croire que cela n’était pas intentionnel.
Et si cela était, ne serait-ce que par le désir de rejoindre EE qui paraît à l’heure actuelle plus fort, mieux structuré, plus argenté que nous, alors tant pis, à un moment donné, nous nous retrouverons sur le terrain pour mener un même combat.
L’épuisement est dévastateur, mais il a une solution, c’est de lever le pied, ne pas prendre de décision hâtive, de digérer la déception et laisser pendant un temps nos adversaires continuer à se tirer des balles dans les pieds.
Le programme de CAP21 est plus que jamais d’actualité, et les citoyens vont se poser très rapidement des questions. En Aquitaine, j’ai déjà eu des échos de personnes qui n’ont pas compris pourquoi Corine Lepage n’avait pas eu les 500 signatures.
Actuellement Poutou avec ses plus que 500 signatures pose de sérieux problèmes quant à son programme, et il est probable qu’il ne fera pas campagne, il va en être pareil avec Cheminade, avec Arthaud, ce sera toujours le même projet que Laguiller, quant à EELV ils sont en train de s’engluer dans des propositions qui ne doivent pas défriser le PS. Avec les évènements de ces jours-ci, preuve est faite des manœuvres occultes dirigeant la puissance des médias, leur manque d’objectivité et leur mission qui consiste à poser les bonnes questions, amener de la réflexion et non pas à créer et nourrir une psychose collective.
"Qui sème le vent récolte la tempête", quand le calme sera revenu, les bonnes questions vont resurgir, autant sur cette affaire que sur notre absence dans la campagne présidentielle.
Nous n’avons pas été audible, d’accord, nous devons donc tirer leçon de ce qui nous est arrivé, chercher et trouver les moyens de pallier à nos faiblesses. Ce ne sera pas en comptant sur les autres, mais en comptant sur chacun de nous collectivement et localement.

Dans un premier temps, il me paraît évident de ne pas apporter nos voix à qui que ce soit, et quand le moment sera venu, afin d’éviter de donner individuellement des voix au moins pire pour diriger cet état qu’est la France dans l’Europe, il me semble judicieux de lancer un appel à tous les français qui estimant que les programmes proposés ne répondent pas aux questions fondamentales, de s’abstenir, voter blanc ou nul, bref, d’utiliser le moyen le plus marquant légalement et comptabilisé pour marquer son refus à ces programmes.
Des solutions existent, à nous de les inventer et les mettre en applications.

Régine BERTRAND

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0