CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Actualité > Mohamed Merah - l’échec de la politique sécuritaire

Mohamed Merah - l’échec de la politique sécuritaire

dimanche 25 mars 2012, par Paul Emique

Le Monde.fr avec AFP | 25.03.2012 à 09h15

A propos de Mohamed Merrah : ..., il se présente comme un "autodidacte de l’islam" qui a lu le Coran "seul en prison"....

Tout y est dit. La prison est ici le catalyseur de ces crimes "terroristes" stigmatisés par le Président Sarkozy.

Il est nécessaire de faire un petit tour dans le temps : Mohamed Merah est tombés sous le feu de l’affrontement avec la police le 22 Mars 2012 à l’âge de 24 ans.

Mohamed Merrah est né le 10 Octobre 1988. C’est cette même année que Nicolas Sarkozy fait ses premiers pas au ministère de l’intérieur comme responsable de la lutte contre les risques chimiques et radiologiques.

de 2002 à 2007, Nicolas Sarkozy est ministre ministre de l’Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales, "numéro deux du gouvernement". Mohamed Merah a alors l’âge de 14 ans. La politique sécuritaire bat son plein. Il y a invention des peines planchers, de la loi sur la récidive des infractions pénales. La population carcérale croit de 50000 à 65000 personnes écrouées (pour 50000 places disponibles).

Fin 2008 que Mohamed Merah qui n’a pas encore 20 ans est emprisonné à la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne), où il purge une peine de 18 mois de prison ferme.

Mohamed Merah tente de mettre fin à ses jours en prison. Il est alors placé en hôpital psychiatrique. Mohamed Merah séjournera, ainsi, du 25 décembre 2008 au 8 janvier 2009 au CHU Gérard Marchant de Toulouse.

Les experts préconisent alors suivi psychothérapique. Rien est fait.

Cette psychothérapie se fait sans accompagnement avec le soutien du Coran ...

On connait la suite.

Cette douloureuse et lamentable affaire est à considérer comme un symptôme majeur d’une politique du tout sécuritaire qui stigmatise, met à l’écart et abandonne les gens. C’est l’échec d’une politique de la ville, d’une politique sociale, d’une politique judiciaire, d’une politique de santé.

Il est intéressant à ce sujet de lire l’article de Michel Dubec publié dans libération du 23 septembre 2009 ou encore celui de Virginie Jourdan publié en 2006. On y découvre que 24% des personnes incarcérées présentent des troubles psychotiques.

La mise en perspective de l’acte (présumé) Terroriste (qui a justifié un plan vigie pirate au plus haut niveau) avec celui d’une décompensation psychotique "Il éprouvait un plaisir infini" impose la réflexion.

En tout dernier lieu et de façon cynique, il devrait être très intéressant d’évaluer les surcouts économiques pour notre société liée à cette politique sécuritaire. Politique qui montre de plus son incapacité et son inefficacité à prévenir et à assurer une prise en charge pertinente des personnes en crise.

On apprend aussi que les parents de Mohamed se seraient séparés en 1994 alors qu’il avait 6 ans et qu’il aurait été élevé par sa mère. Une mise en perspective analytique de cette affaire semble impérative : place de la séparation, du père, de la confrontation à l’autorité et à l’ordre, crise existentielle, etc... Un parcours typiquement judéo-chrétien vécu par un jeune beur.

2 Messages

  • Mohamed Merah - l’échec de la politique sécuritaire 9 août 2012 19:20, par CAP21 Aquitaine

    Mohamed Merah était "en phase de radicalisation" dès janvier 2011

    Le Monde.fr avec Reuters | 09.08.2012 à 17h01 • Mis à jour le 09.08.2012 à 18h32

    Mohamed Merah était considéré dès janvier 2011 comme "un individu au lourd passé délinquant en phase de radicalisation", selon les notes déclassifiées de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) versées au dossier judiciaire le 3 août et révélées par Le Parisien, jeudi 9 août.

    repondre message

  • Mohamed Merah - l’échec de la politique sécuritaire 2 novembre 2012 19:06, par CAP21 Aquitaine

    Chaque semaine qui passe nous amène à prendre conscience que cette affaire n’est qu’une affaire de manipulation du pouvoir en place au moment des faits.

    repondre message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0