CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Actualité > On peut aussi revenir à l’âge de pierre !

On peut aussi revenir à l’âge de pierre !

mercredi 26 avril 2017, par Cap21LRC Nouvelle Aquitaine

Les récentes affaires de santé publique comme celles de la Dépakine ou encore des tampons hygiénique amènent à poser la question de la transmission des connaissances.

Il est clair que pour les générations les plus anciennes, la notion de iatrogénie (les malformations liées aux médicament) était connue et la prudence s’imposait. L’exemple type en était les malformations liées à l’usage du thalidomide, anti-nauséeu utilisé chez les femmes enceintes..

Le thalidomide a été banni comme médicament pour être réintroduit récemment comme traitement de 1ère ligne des patients souffrant de myélome multiple. Ceci doit impérativement rappeler que tout médicament efficace est aussi un poison.

Les années 1990-2000 on vu se développer une conception magique de la médecine et du soins. Les hautes autorités de ceci et cela étant la pour garantir le fait que les produits étaient efficaces et sans danger. malheureusement la réalité est toujours la même. Un produit efficace est toujours un poison.

L’homme étant un être vivant se reproduit (en France au rythme d’environ 800 000 enfants par an). cela veut dire environ 800 000 personnes à qui il faut enseigner les fondamentaux évoqués ci-dessus chaque année. Travail colossal que les enseignants doivent répéter chaque année !

Malheureusement depuis le début des années 2000, l’occupation du temps de cerveau disponible par les vendeurs de rêves met à mal celles et ceux qui s’emploient à essayer de faire passer ces informations vitales de générations en génération.

Et le jour arrive comme maintenant ou les jeunes générations ont l’impression d’avoir été trompées par celles et ceux qui ont développée et inventé les produits qui leur ont permis de survivre.

Ou est la responsabilité ? probablement à celles et ceux qui n’ont pas permis la transmission de ces connaissances fondamentales et ont mis dans l’impossibilité les jeunes générations de développer un esprit critique vis à vis de l’usage de ce qui les entourent.

Plus que de remettre en question l’innovation, il faudrait probablement revaloriser la transmission des connaissances trans-générationnelles plutot que d’envisager de revenir à l’âge de pierre voire au moyen âge, période ou l’on brulait les épileptiques car on les pensait possédés par le démon.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0