CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Climat > Climat : de pire en pire

Climat : de pire en pire

jeudi 29 juin 2017, par Cap21LRC Nouvelle Aquitaine

Nous avions évoqué sur la base de simples projections que l’année 2020 serait une année charnière.

Cette date est reprise par le nouvel obs le 28 juin. sous le ttre : "Un groupe de scientifiques et dirigeants sonne l’alerte : nous n’aurions plus que jusqu’en 2020 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre si l’on veut espérer atteindre les objectifs de l’accord de Paris".

Cet article fait référence à un article publié dans la revue nature le 28 juin sous le titre "Three years to safeguard our climate".

Une stratégie en 6 points est proposée :

  • 1- Faire monter le pourcentage d’énergies renouvelables à au moins 30% de la production d’électricité mondiale, ne plus autoriser de centrales à charbon après 2020 et fermer celles qui existent encore.
  • 2- Décarboner les immeubles et les infrastructures dans les villes et les états d’ici 2050. Cela signifie entre autres que les villes fassent passer au moins 3% de leurs bâtiments par an à un mode proche de zéro émissions.
  • 3- Porter à au moins 15% la part des véhicules électriques dans les ventes de véhicules neufs, doubler l’utilisation des transports en commun dans les villes, passer à 20% le rendement du carburant des poids lourds et diminuer de 20% les émissions de gaz par kilomètre parcouru pour les avions.
  • 4- Réduire la destruction des forêts et s’engager dans la reforestation. Les émissions actuelles provenant de la déforestation et du changement d’usage des terres ainsi déboisées représentent 12% des émissions annuelles globales. Les réduire à zéro et replanter des arbres, cela veut dire non seulement arrêter les émissions, mais aussi créer des "puits à carbone" (les forêts) pour absorber une partie du gaz carbonique de l’atmosphère. Des pratiques d’agriculture durables sont également recommandées.
  • 5- Accroître l’efficacité énergétique et diviser par deux les émissions de l’industrie avant 2050. Les industries lourdes (aciéries, cimenteries, usines chimiques, pétrole, gaz...) représenteraient en effet plus du cinquième des émissions mondiales de gaz carbonique.
  • 6- Le monde de la finance doit lui aussi faire des efforts. Il doit pouvoir mobiliser mille milliards par an pour les actions en faveur du climat. Les gouvernements et les banques doivent émettre davantage de "green bonds" (les obligations vertes).

Malheureusement cette stratégie n’anticipe pas l’inertie des prises de décision et des investissements. A titre d’exemple, le projet Euratlantique qui consistait à "simplement" prolonger la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux a été lancé en 2009. Les constructions ont été planifiées depuis une dizaine d’années. Il apparaît alors que l’application de la stratégie impose des prises de décision rapides avec un fort retentissement sur l’économie au jour le jour (interruption de projets, arrêt de productions, etc ....)

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0