CAP21 LRC Nouvelle Aquitaine
Accueil > Energie > Energies renouvellables > Qu’est ce qu’une énergie renouvellable ?

Qu’est ce qu’une énergie renouvellable ?

samedi 9 juin 2012, par Didier Cugy

Qu’est ce que l’énergie ?

Au sens du Larousse le mot énergie recouvre plusieurs définitions :

  • Puissance physique de quelqu’un, qui lui permet d’agir et de réagir : Être sans énergie à la fin de la journée.
  • Volonté tendue vers une action déterminée ; puissance, vigueur, force morale : L’énergie du désespoir. Elle refusa avec la dernière énergie.
  • Personne énergique, qui a la volonté d’agir (surtout pluriel) : Rassembler les énergies.
  • Vigueur particulière dans la manière de s’exprimer : L’énergie du style.
  • Chez Aristote, réalité effective, par opposition à la réalité possible (dunamis).
  • Grandeur caractérisant un système physique, gardant la même valeur au cours de toutes les transformations internes du système (loi de conservation) et exprimant sa capacité à modifier l’état d’autres systèmes avec lesquels il entre en interaction. (Unité SI le joule.)

Sur le plan ethymologique le mot énergie vient du du grec ancien ἐνέργεια. Ce lui-ci représente la capacité de faire un travail, c’est-à-dire d’agir.

L’adjectif renouvelable est défini de la façon suivante (Larrousse)

  • Qui est susceptible d’être renouvelé ou prolongé : Bail renouvelable.
  • Qui peut être répété : Expérience renouvelable.
  • Se dit de formes d’énergie telles que l’énergie solaire, le vent, les marées, la biomasse.

De façon synthétique une énergie renouvelable correspond à une grandeur caractérisant un système physique qui présente une certaine stabilité, peut être transformée selon différentes modalités (énergie électrique -> énergie mécanique, etc ...) et peut de se fait permettre un usage que l’on peut considérer comme invariant à l’échelle humaine.

Le concept d’énergie renouvelable est donc par nature lié à l’usage. Au XIXème et au début du XXème siècle le pétrole (il suffisait de creuser des trous pour récupérer "l’or noir") pouvait être considéré comme une forme d’énergie renouvelable. Au XXème l’idée de fabriquer des "petits soleils" que l’on pouvait maîtriser dans des environnements confinés (les centrales nucléaires) a été développée et mise en oeuvre.

Force est de constater que toutes ces formes d’énergie travaillées par l’homme ne correspondent qu’à l’extraction d’une "énergie potentielle" contenue dans la matière (qu’elle soit liquide ou solide). Ces sources d’énergie ne peuvent donc par définition que s’épuiser avec une vitesse dépendant de l’importance de la consommation.

Les seules sources d’énergie disponible dont on a aujourd’hui la certitude qu’elle ont de façon très probable une pérénité au moins supérieure à l’échelle humaine sont de façon non exhaustive l’énergie solaire, l’énergie tellurique, l’énergie éolienne, etc ....

Du fait de la rotation de la terre sur elle même, une part de ces sources d’énergie présentent un caractère périodique qui les rend inutilisables (sans que l’on ait développé des techniques de stockage suffisante) à certain moments. D’autres nécessitent la mise en oeuvre de techniques complexes.

L’analyse montre qu’actuellement ces formes d’énergie (solaire, éolienne) sont relativement faciles à transformer en électricité ou à utiliser directement sous forme thermique ou chimique (par la biomasse). On ne peut que rappeler que aliments proviennent pour une part de l’énergie solaire transformée par les plantes et d’autres espèces du vivant.

On comprend alors facilement que l’usage d’une énergie renouvelable est plus pérenne que l’usage d’énergie obtenue par transformation d’énergie "stockée" ou encore appelées fossiles (pétrole, etc ...). Il est toutefois à mettre dans la balance que les énergies fossiles présentent des caractéristiques d’usage très pratiques (facilité de transport, densité massique, etc ...).

Dans tous les cas, il apparait impératif de prendre en compte qu’au final c’est l’usage qui va imposer le type d’énergie que l’on va utiliser. L’usage va pour sa part imposer les moyens à mettre en oeuvre (par exemple type de motorisation : électrique, thermique, chimique, etc .....).

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0